Accueil‎ > ‎Infos production‎ > ‎

Modes de productions


*       Protection, raisonnée, intégrée et bio :

On m’a demandé d’expliquer un peu plus les différences entre ces modes de production. En effet, dans les PanierSaveur des produits qui ont été cultivés avec ces trois modes de production.

En fruits et légumes français, la protection dite conventionnelle est de moins en moins fréquente, elle est beaucoup plus présente en grandes cultures (céréales).

La protection conventionnelle vise à traiter de façon systématique selon un calendrier de traitement préétabli sur la culture. On traite en préventif avant même que le parasite soit là !

 

La protection raisonnée, consiste à ne pas traiter systématiquement mais attendre que le parasite soit là et dépasse un seuil de tolérance. Un seuil au-delà duquel le rendement est trop affecté et la qualité du produit devient un handicap à la vente (mal formation, traces de piqures d’insectes, traces de champignons, insectes qui volent ….) Ce seuil de tolérance est variable selon la destination de la production (exportation, grandes surfaces, marchés, vente directe du producteur …). La production est traitée à partir de ce seuil.

 

La protection intégrée n’exclut pas une protection raisonnée, elle est pratiquée très fréquemment sous serre ou abris et de plus en plus en verger.  Elle consiste à élever, en même temps que la culture une batterie d’insectes utiles. Les insectes dits « utiles » sont ceux qui vont se nourrir des parasites. Le plus connu est la coccinelle qui consomme des larves de pucerons, mais il y a des acariens utiles qui parasitent les œufs des acariens nuisibles, il y a des micro-hyménoptères (petites abeilles) qui pondent dans des chenilles, il y a des bactéries (dont la fameuse BT, je vous fais grâce de sont nom « latinobarbare ») qui se développe dans l’organisme des chenilles et les détruits …. Ce type de protection n’exclut pas les traitements mais les réduit très fortement d’une part parce qu’il ne faut pas détruire les insectes utiles et d’autre part parce que les insectes utiles s’ils sont bien « cultivés » peuvent être très efficace pour protéger une culture. Les producteurs utilisent donc des produits conventionnels ou bios très doux pour l’environnement. Cette pratique demande un grand sens de l’observation et une grande technicité du producteur qui doit gérer au mieux les paramètres climatiques des serres

Dans une serre de concombres, de fraises, de tomates de courgettes en France, on voit plein d’insectes en tout genre qui volent. De même un verger, aujourd’hui n’a plus besoin de traitements acaricides (voir explications détaillées sur le site, rubrique « info-production »)

 

Aujourd’hui, en légumes, la plupart des producteurs utilisent le plus possible de produits doux ou bio liés à une protection raisonnée, et quand ils en ont la possibilité, ils lâchent des insectes utiles sur leurs cultures.

 

La protection bio consiste entre autre en l’utilisation exclusivement de produits d’origine naturelle, non synthétisés chimiquement. Les traitements moins ciblés et moins efficaces sont plus fréquents et systématiques. Un producteur bio doit être agréé.

 

Pour ceux qui voudraient ajouter des insectes utiles dans leur jardin (larves de coccinelles) il y a la société Biotop, du groupe dans lequel je travaillais avant, qui en fournit. www.biotop.fr