Accueil‎ > ‎Infos variétés‎ > ‎Autres fruits‎ > ‎

Figues


Le figuier est de la même famille que votre Ficus d’appartement, mais les fruits du Ficus d’appartement ne sont pas comestibles !

Les Ficus sont originaires d’Asie. La figue est un des fruits les plus anciennement cueilli. Elle est cultivée dans le bassin méditerranéen. Des fruits sont trouvés sur des sites néolithiques -4000 ans avant JC. Aujourd’hui 60% de la production mondiale est assurée par la Turquie, l’Egypte, la Grèce, l’Iran et le Maroc. La France produit 8% du marché mondial.

D’après moi, tout bon jardin méditerranéen possède son figuier !

Le figuier présente des fruits à deux époques : en fin juin début juillet les « figues fleurs », puis fin août, début septembre les « figues fruits » plus abondantes et plus sucrées. On trouve des figues de tous les genres, formes, couleurs. Des blanches, des jaunes, des vertes, des noires et des violettes, plus ou moins grosses, joufflues, ventrues, oblongues, plus ou moins sucrées …. Il en existe des dizaines de variétés.

Une des particularités de ce fruit c’est que ça n’en est pas un ! C’est un ensemble de fruits. En effet, les véritables fruits sont ces centaines de petits grains que l’on trouve à l’intérieur (un peu comme une fraise à l’envers). Chaque grain est un fruit le tout entouré d’un grand « réceptacle ».

A maturité, elle doit être charnue et molle au toucher, collante avec la peau légèrement plissée. Elle se conserve peu de jours et à température ambiante dans la corbeille à fruits.

Après avoir retiré la peau violette de celles-ci, on peut les manger comme un fruit (c’est normal d’en avoir plein les doigts !). Avec un fromage un peu fort. Elle accompagne une salade comme un raisin sec. (Quand elle est très mûre on peut aussi ne pas la peler et consommer la peau). Elle accompagne très bien les viandes comme le canard, le gibier

 D’où vient l’expression « mi-figue – mi-raisin » ?

Parce-que les marchands de l’antique ville grecque de Corinthe avaient pour habitude d’ajouter à leurs raisins secs des morceaux de figues sèches, beaucoup moins chères. Les Vénitiens en sont venus à donner cette expression pour décrire toutes l’ambiguïté qu’ils éprouvaient, en hésitaient entre la satisfaction gourmande de ce mélange et le mécontentement d’avoir été bernés à l’achat.