Rannou


La passion du haricot !

Et oui, on peut être passionné par le haricot ! Pourquoi pas, une passion ne s’explique pas ! Elle se vit ….

Et Jean-Louis Rannou est intarissable sur le sujet. Il faut dire que c’est son arrière grand-père qui a commencé sur les terres de Sault les Chartreux. A l’époque, il allait proposer sa marchandise aux halles de Paris en carriole à cheval. Il faisait du maraîchage, avec déjà, si j’ai bien compris, une bonne dominante de haricots !

C’est en 1928 que son grand-père s’installe à Meaux où il est toujours aujourd’hui.

Son père a beaucoup travaillé pour Daucy, à l’époque florissante de la conserve. Il cultivait le haricot sur 70ha ! Une année, la crise de la conserve a amené Daucy à délocaliser sa production vers l’Europe de l’Est (année noire pour toute la production légumière française qui en souffre encore aujourd’hui).

Jean-Louis, pendant ce temps-là faisait des études de mécanique loin des soucis de la production de haricots. Mais il est quand même tombé dedans et devient intarissable, incollable, bref passionné …

Aujourd’hui, il cultive 22 ha de haricots et 175 ha de céréales pour assurer de bonnes rotations de ses terres : tout le secret pour éviter les maladies.

Il fait quand même un désherbage, mais il étudie très sérieusement le désherbage à la vapeur pour l’année prochaine. Comme il est très bon mécanicien, j’ai bien l’impression qu’il va se créer sa machine….

Une fois son désherbage et son semi réalisés, il fait, tous les ans le pari qu’on peut cultiver le haricot sans traitement. Visiblement il réussit (et il a l’air de bien dormir !) . Il paraît que ses voisins disent qu’il est fou !

Pas de fongicide, zéro insecticide, le pari est risqué mais il fonctionne….

D’après lui, et il a certainement raison, le haricot se regarde pousser, il s’observe. Il tombe malade si on le malmène, si on ne l’arrose pas suffisamment, s’il est affaibli, bref fragilisé. Il y a des stades critiques dans la culture du haricot et il ne faut pas les rater pour que la récolte soit saine ….

Il met quelques engrais foliaires bio, genre vinasse de betterave, ainsi que les nouveaux mélanges de stimulateurs de défenses naturelles bio que l’on voit de plus en plus sur le marché ….

Aussi il expérimente des variétés qu’il va chercher un peu partout et qu’il goûte. La première fois que je l’ai croisé il m’a tendu un morceau de cocos plats crus et m’a dit « goûte-le tu vas l’apprécier même cru !… » Ainsi sa variété de haricots cocos plats est sans fil et particulièrement sucrée, il l’a rapportée d’Amérique.

 

Alors régalez-vous, ils sont donc non traités et du coup ne se conservent pas des semaines aux frigos comme on peut le voir avec d’autres ….

Comments